Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Caritas Alsace Caritas Alsace
Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more

COLMAR - Espace Ozanam

A Colmar, à proximité de la Maison d’Arrêt, Caritas Alsace Réseau Secours Catholique a inauguré fin 2013 l’Espace « Frédéric Ozanam », dédié à l’accueil et l’écoute des familles de personnes détenues en attente d’accès au parloir.

Ouvert au public le 1er octobre 2013, l’Espace Ozanam, à proximité de la prison de Colmar, permet aux familles de détenus d’attendre dans la sérénité leur temps de parloir. Ce lieu d’accueil chaleureux se veut être lieu de vie mais aussi de ressources. Une équipe de bénévoles a pour mission d’écouter, d’accueillir et de créer du lien avec les familles. Café et animations favorisent la rencontre et les échanges. Les bénévoles peuvent aussi orienter les familles vers des institutions ou associations partenaires lorsque c’est nécessaire.

 

Le local est organisé autour d’un espace convivial pour les familles, un espace « jeux pour enfants », un espace  « services » avec kitchenette et casiers de rangement et un « espace documentation et renseignements utiles ».

Au fur et à mesure des rencontres avec les proches des détenus, une relation de confiance s’instaure. Les dessins des enfants sont accrochés au mur, des portraits témoignent de la présence de leur père.

La dizaine de bénévoles, déjà actifs dans des équipes Caritas de Colmar, à l’origine du projet a été rejoint par une quinzaine de nouveaux bénévoles. Tous ont été formés à l’accueil de ce public particulier.Le local porte le nom du Bienheureux « Frédéric Ozanam » en hommage au large soutien apporté par la Conférence Saint-Vincent-de-Paul de Colmar dans la mise en œuvre du projet. D’autres partenaires s’y sont associées : la Ville de Colmar, la Paroisse Saint-Martin, l’Administration Pénitentiaire.

 

* La Maison d’Arrêt de Colmar accueille ~ 150 personnes détenues : des prévenus en attente de jugement ou des condamnés dont le reliquat de peine n'excède pas, en principe, un an lors de leur condamnation définitive.